Accueil du site > Actualités > Le Parti du Travail présente 12 candidates et candidats aux élections (...)

Le Parti du Travail présente 12 candidates et candidats aux élections nationales, pour le progrès social, la démocratie et le socialisme

mardi 25 juin 2019

Fondé en 1944, le Parti Suisse du Travail – seul parti national à la gauche du PS de notre pays – célèbre ses 75 ans cette année. Notre Parti avait été créé pour apporter un nouveau souffle au mouvement ouvrier suisse, pour rompre avec la collaboration de classe caractéristique de la social-démocratie, pour organiser politiquement les classes populaires, dans une optique de lutte de classe, pour lutter pour le progrès social et démocratique, pour une nouvelle société socialiste. Cette perspective demeure plus que jamais indispensable aujourd’hui. C’est pourquoi, le Parti Suisse du Travail – qui a un conseiller national sortant, Denis de la Reussille – a décidé de présenter dans autant de cantons que possible, des listes propres pour les élections nationales de cet automne, afin de porter la perspective de changement radical que nous proposons et dont la Suisse a aujourd’hui grand besoin.

C’est pourquoi, la section cantonale genevoise du Parti Suisse du Travail présente les 12 candidates et candidats qui suivent, au Conseil national et au Conseil des Etats, afin de porter le programme national, adopté par la Conférence nationale du Parti Suisse du Travail spécialement convoquée à cet effet :

Eniline Alexander Corsier, 29 ans Doctorant en philosophie médiévale Président du Parti du Travail, membre du Comité directeur du Parti Suisse du Travail Candidat au Conseil des Etats

Pérez Maria Lou Genève, 50 ans Formatrice / comédienne Cheffe de groupe Ensemble à Gauche au Conseil municipal de la Ville de Genève, membre ASLOCA, coopérative SCHG

Schnebli Tobias (Tobia) Genève, 61 ans Fabricant d’hélices de bateau Conseiller municipal Ensemble à Gauche en Ville de Genève, militant GSsA et Collectif Urgence Palestine, Président de l’Association des locataires, artisans et artistes à la zone industrielle des Charmilles

Ecuyer Hélène Genève, 66 ans Ludothécaire retraitée Conseillère municipale en Ville de Genève, Vice-présidente du Parti du Travail, Membre du Comité central du Parti Suisse du Travail

Zehfus Yves Confignon, 65 ans Retraité de la Poste Conseiller municipal à Confignon, Volontaire pour l’aide aux personnes âgées pour les communes de Bernex et Confignon

Ecuyer Annick Genève, 43 ans Informaticienne Conseillère municipale en Ville de Genève, Transféministe, membre du Comité central du Parti Suisse du Travail, Membre TGNS (Transgender Network Switzerland)

Gisselbaek Morten Genève, 63 ans Architecte Conseiller municipal en Ville de Genève, porte-parole du Collectif 500, membre de l’association des habitants de l’îlot 13, membre de Greenpeace.

Missoh Dzikunoo Massan Essi Mawussi Vernier, 57 ans Artiste-peintre Vice-secrétaire du Parti du Travail, Membre contrat de quartier Vernier, Membre groupe-Sida Genève, Coordinatrice CIDAD, Présidente ASFAG

Christinat Jean-David Genève, 36 ans Concierge d’immeuble Membre du comité de concierges d’UNIA, Membre du Conseil d’administration de la Caisse publique de prêts sur gages

Edjeou (Buntschu) Corinne Genève, 38 ans Artiste à Foyer Handicap Membre Slut Walk

Stauffer Quentin Genève, 27 ans Secrétaire syndical Président des Jeunes POP Genève, Membre SSP, Membre du Conseil d’administration de l’Aéroport international de Genève, Membre l’Atelier Histoire en Mouvement, Membre du Comité de Gauchebdo

Arlotti Ariane Genève, 47 ans Photographe / artiste Conseillère municipale en Ville de Genève Active dans l’organisation de la Grève féministe / grève des femmes* du 14 juin et de la grève féministe internationale de 2020, active dans l’organisation de la Jay Jagat 2020 (grande marche pour la paix qui partira de Delhi pour rejoindre Genève en une année, dont le but est de concrétiser plusieurs des Objectifs de développement durable 2030 : éradication de la pauvreté, élimination des discriminations sociales, action pour le climat et résolution non-violente des conflits)

Nous avons la volonté, parmi d’autres points, de continuer notre combat – que nous avons mené, au niveau cantonal, avec un score plus qu’honorable avec nos deux initiatives pour le remboursement des soins dentaires et pour une caisse maladie publique – pour mettre fin au système d’escroquerie organisée des caisses maladies privées, pour un système de santé entièrement public et social, pour une caisse maladie publique et unique, et qui prenne en compte le remboursement des soins dentaires. Nous nous opposons résolument à tout augmentation de l’âge au départ pour la retraite, en particulier pour les femmes, et comptons lutter pour que l’égalité hommes-femmes devienne enfin réalité dans notre pays. Nous sommes pour une écologie populaire, qui soit à la hauteur de l’urgence que nous vivons, qui soit à même de prendre les mesures drastiques qui s’imposent pour atteindre un bilan net d’émission de gaz à effet de serre nul d’ici 2030, ce en imposant les mesures contraignantes aux véritables responsables de la situation, soit les grandes entreprises et les plus riches ; ce qui est incompatible tant avec une écologie libérale, qui n’est que du greenwashing, qu’à une logique punitive à base de taxes, qui frappent surtout ceux qui sont les moins responsables du réchauffement climatique, soit les plus modestes. Nous sommes en faveur d’une agriculture paysanne, biologique et locale, sans pesticides ni OGM, protégée contre la concurrence des multinationales de l’agroalimentaire. Nous sommes totalement opposés à la signature de l’accord-cadre avec l’Union européenne, qui imposerait à la Suisse la reprise unilatérale d’un droit communautaire élaboré par des technocrates néolibéraux non-élus au seul service des lobbies capitalistes, au détriment de la démocratie et des droits des travailleurs. Nous défendons les droits des personnes LBGTIQ+, mais restons critiques du Rainbow Capitalism qui ne s’intéresse qu’à une partie aisée de la population concernée.

Pour ce qui concerne la politique des alliances, nous serions favorables à un sous-apparentement dans le cadre d’Ensemble à Gauche, coalition électorale dont nous sommes membres. Mais un tel sous-apparentement n’est envisageable que dans le respect des règles communes, conformément aux statuts d’Ensemble à Gauche, dûment signés par les trois composantes. De fait, seule une Assemblée générale d’Ensemble à Gauche dûment convoquée est compétente pour décider de la présentation d’une liste d’Ensemble à Gauche aux élections. Une assemblée de solidaritéS ne le peut aucunement. De ce fait, aucun des candidats désignés par solidaritéS ne peut prétendre être celui d’Ensemble à Gauche – puisque Ensemble à Gauche n’a pris aucune décision en ce sens –, et devrait avoir l’honnêteté de ne se présenter que pour ce qu’il est, un candidat de solidaritéS. L’hégémonisme et le non respect pour ses partenaires et les règles communes de la part de solidaritéS mettent actuellement en danger l’avenir d’Ensemble à Gauche. Nous appelons donc nos alliés à revenir à la raison, puisque seuls nos adversaires de classes bénéficieraient du scénario contraire.

Plan du site |  RSS 2.0