Accueil du site > Actualités > Grève du climat : le Parti du Travail soutient l’appel à manifester

Grève du climat : le Parti du Travail soutient l’appel à manifester

jeudi 14 mars 2019

Le Parti du Travail soutient pleinement l’appel pour la grève du climat

Ce vendredi 15 mars

A 14h00

A la Place des 22 cantons

Et appelle toute personne à qui l’avenir de notre espèce n’est pas indifférente, qui ne veut pas se résoudre à ce que notre civilisation s’éteigne dans un avenir proche pour qu’une toute petite poignée de milliardaires aient pu continuer à faire des profits records jusqu’au bout à y participer.

La situation est en effet aujourd’hui extrêmement grave. Le réchauffement climatique n’est plus un danger à terme, voire à court terme, mais un phénomènes déjà là, dont les premiers ravages – phénomènes climatiques extrêmes, sécheresses records, fonte accélérées des glaciers et des banquises – se font déjà sentir. Et la situation va en s’aggravant. Le mouvement mondial qu’est la grève du climat a apporté une prise de conscience bienvenue de l’urgence de l’enjeu, que notre Parti ne peut que saluer. La jeunesse qui a impulsé ce mouvement est en effet la dernière génération qui peut encore y faire quelque chose. Il est vital d’atteindre, d’ici 2030, un bilan net d’émission de gaz à effets de serre nul si nous ne voulons pas augmenter la température globale de plus de 2°C. Si nous ne faisons rien, c’est un réchauffement de 4°C qui nous attend, ce qui impliquerait une boucle de rétroaction incontrôlable : acidification des océans, fonte des glaciers, disparitions des banquises, émissions de méthane dues au dégél du permafrost…qui entraînerait un réchauffement climatique de plusieurs degrés supplémentaires, face auquel nous ne pourrions plus rien. Il est difficile de dire à quoi ressemblerait un tel monde, mais il paraît clair que la surface de la Terre serait alors inhabitable pour la plupart des espèces qui y vivent actuellement, dont la nôtre.

Cette réalité était connue depuis longtemps. Mais les mesures réellement utiles qui ont été prises jusque là ont été notoirement insuffisantes. Et les pseudo-solutions libérales, le fameux marché des droits de polluer, n’ont été qu’une arnaque sans aucun effet tangible. De fait, les émissions de gaz à effet de serre ont régulièrement continué à augmenter. Les politiciens bourgeois se sont opposés à ce que des mesures réellement contraignantes soient prises, au nom de la « liberté » de quelques uns à s’enrichir au-delà de toute mesure, ou détriment de notre avenir, au nom de l’ « économie », en clair des intérêts de la toute petite oligarchie qui la contrôle.

Cela ne peut plus durer. Il importe que des mesures réelles, des mesures contraignantes soient prises, si on veut éviter la catastrophe imminente. Le bilan déplorable des trois dernières décennies a amplement prouvé qu’aucune solution ne viendra du marché. Le marché est le problème, il ne saurait être la solution. Le Parti du Travail considère qu’un changement de système est indispensable pour mettre fin au désastre, que se débarrasser du capitalisme est une question de survie. Dans tous les cas, des mesures fortes, et contraignantes, doivent être prises dans les plus brefs délais. La droite, majoritaire dans ce pays, y rechigne visiblement. La mobilisation est plus indispensable que jamais. Le Parti du Travail est résolument du côté de toutes celles et ceux qui se lèvent pour mettre fin au saccage de l’environnement, pour notre avenir.

Plan du site |  RSS 2.0